Optimiser Ubuntu/Linux Mint pour un SSD

J’ai reçu il y’a peu un SSD pour redonner un coup de jeune à mon PC. Le principal défaut des SSD étant leur usure a force d’opérations d’écriture j’ai voulu me renseigner sur comment optimiser mon système pour qu’il dure le plus longtemps. Résumé des principales optimisations dans la suite.

Le système de fichiers

La première chose à se fixer si l’on veut optimiser son système pour un SSD c’est la limite. Je veux un système qui dure mais je veux aussi un système fiable et qui tient le coup. Exemple: de nos jours tous les systèmes de fichiers sont journalisés c’est à dire que si l’on prend Ext4, il va tenir un registre des entrées et des sorties pour pouvoir mieux réagir en cas de panne. C’est très bien mais pour un SSD ce n’est pas l’idéal puisque cela entraîne beaucoup d’opérations d’écriture. Certains voudront donc désactiver la journalisation tout en risquant une perte de données en cas de panne (voir ici). Ce n’est pas mon cas je laisse cela activé.

La fonction TRIM

La fonction TRIM est présente dans tous les SSD modernes et est supportée en natif depuis Ubuntu 14.04 et donc dans Linux Mint 17. Elle permet de conserver la vitesse d’un SSD plus longtemps en l’aidant a gérer ses secteurs à effacer. Dans Linux Mint et Ubuntu TRIM est lancée une fois par semaine via une tâche cron.
Mon conseil: déplacer /etc/cron.weekly/fstrim dans /etc/cron.daily pour que la tache s’exécute une fois par jour et exécuter manuellement un fstrim -v / après la première installation du système.

Le Swap

Sous Linux le swap est très pratique, il évite les débordements de RAM.Mais ce swap est situé sur le disque et lorsqu’il est utilisé il est donc la source de nombreuses opérations d’écriture. Les systèmes modernes nous permettent d’avoir des quantités de RAM suffisantes pour pouvoir moins faire appel à ce SWAP. Néanmoins comme il peut s’avérer utile pour l’hibernation et la mise en veille je ne recommande pas sa suppression. On va simplement réduire son utilisation en indiquant au système de moins y faire appel. Ceci se fait en modifiant /etc/sysctl.conf comme suit:

#Sharply reduce swap inclination
vm.swappiness=1
#Improve cache management
vm.vfs_cache_pressure=50

Les fichiers temporaires

Sous Linux la plupart des fichiers temporaires sont gérés dans /tmp/. Là aussi c’est un peu agaçant que des fichiers qui n’ont pas vocation à rester contribuent à l’usure de notre SSD. Ce qu’on va faire c’est donc les charger en RAM à l’aide de tmpfs. Tmpfs est un système de fichier pour fichiers temporaires qui se comporte comme une partition classique excepté qu’il est présent en RAM ! Donc en plus on gagne de la place et à l’extinction tout disparaît. Pour ce faire il faut éditer /etc/fstab comme suit:

tmpfs /tmp tmpfs defaults,noatime,mode=1777 0 0

Voilà pour les principales améliorations « sûres » à appliquer pour que votre SSD tienne le coup plus longtemps. Il en existe des quantités d’autres toutes plus ou moins stables les unes que les autres à appliquer à vos risques et périls ! Attentions aussi aux idées reçues, depuis que les SSD existent ils ont énormément évolués et certains « bidouillages » ne sont plus utiles ou nuisent plutôt à leurs performances.