Edito du 22/05: Parti Pirate et Gouvernement Hollande

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas pris le temps de vous rédiger un édito pour pousser une gueulante ou vous parler d’un truc qui me tient à coeur. Et bien une fois n’est pas coutume, je ne vais pas commencer par un coup de gueule justement. Non aujourd’hui c’est plutôt politique avec d’abord les récents exploits du Parti Pirate en Europe et un retour sur les équipes du nouveau gouvernement en charge de près ou de loin du numérique.

L’année dernière j’ai adhéré au Parti Pirate, je ne sais pas si c’était à cause de sa conception de la politique qui changeait beaucoup des habitudes ou par protestation. Toujours est-il que les idées et les valeurs défendues par le Parti Pirate me plaisaient en majorité. Cette année j’ai décidé de ne pas renouveler mon adhésion pour des raisons idéologiques principalement. Toujours est-il que je reste un de ce parti que je juge indispensable et qui est le seul à pratiquer réellement la politique 2.0 et à mettre sur la table des débat primordiaux (neutralité, partage, etc…). Il existe des partis pirates partout en Europe et même en Russie mais nous allons aujourd’hui nous intéresser au Parti Pirate allemand. En effet la section allemande du Parti Pirate International est en train de réaliser un exploit à ce qui est, il me semble, l’équivalent de nos élections régionales. L’Allemagne étant organisée en Länder, ces Länder on chacun un Parlement et ce sont les personnes qui occupent ces parlements qui sont en train de se faire élire. Et bien figurez vous que pour l’instant si l’on se fie aux résultats dans les quelques Länder qui ont voté, le Parti Pirate se place aux alentours de 8% des suffrages et 9% pour Berlin ! Un score plus que correct si l’on prend en compte la jeunesse de la formation. Je suis loin d’être un expert en politique mais voici de quoi apporter une crédibilité supplémentaire à ce parti ainsi qu’à ses autres section. Le plus important est surtout le poids qu’auront les pirates allemands et qui leur permettra de faire entendre leur voix beaucoup plus qu’avant. Du côté de la France le prochain défi du Parti Pirate français est bien entendu les législatives de juin. Ce sont donc pour l’instant une centaine de candidats qui défendront le drapeau pirate.

Voici d’ailleurs le premier clip de campagne du parti venu de la section alsacienne:

Qui sait ? Peut être que 2012 verra l’arrivée des pirates à l’Assemblée ?

En deuxième point je voulais faire un rapide retour sur les équipes composant le gouvernement de François Hollande et plus particulièrement sur ceux qui vont s’occuper de près ou de loin des sujets liés au numérique. Commençons par la Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, qui aura en charge l’après Hadopi. Après Hadopi qui n’est pas prêt d’arriver puisque cette dernière a été autorisée à utiliser son budget faramineux de 11 millions d’euros. Ensuite, c’est Fleur Pellerin qui prend en charge l’innovation et l’économie numérique. Elle n’a pas été oublié au niveau des dossiers « cadeaux » puisqu’elle devra travailler sur la fameuse « taxe Google » et encore plus important sur la neutralité des réseaux. On complète le tableau avec le conseiller culture et média de François Hollande, David Kessler. Avec David Kessler la perspective de l’abrogation de la Hadopi s’éloigne encore un peu puisque le personnage serait plutôt pro-Hadopi qu’anti. Et le fait qu’il ait déjà siégé au CSA peut le rendre plus réceptif au désir de contrôle de l’internet qu’exprime cette institution. Voilà pour une rapide présentation des principaux personnages dont nous devrions le plus entendre parler dans le monde du numérique.